Monique Zetlaoui

  • Shalom india

    Monique Zetlaoui

    • Imago
    • 14 Avril 2000

    Depuis l'antiquité, l'inde abrite des communautés juives qui ont toujours pratiqué leur religion en toute liberté et dont la caractéristique, au contraire des autres diasporas, est de n'avoir jamais souffert d'antisémitisme.
    Quatre groupes se répartissent dans l'ensemble du pays : les juifs de cochin, composés de noirs et de blancs, commerçants actifs établis depuis le roi salomon dans le kérala et parfaitement assimilés à la société indienne ; les bene israël, à l'origine presseurs d'huile, longtemps coupés du monde juif et considérés comme une des dix tribus perdues après la destruction du temple de jérusalem, présents surtout à bombay et à calcutta ; les baghdadi, venus du moyen-orient au xviiie siècle, parfois enrichis par la vente de l'opium - alors légale - et plus proches des européens ; les mizos, enfin, aux frontières de la birmanie, autrefois farouches guerriers et coupeurs de tête, revendiquant depuis peu leur appartenance au judaïsme et se prétendant mystérieux descendants de la tribu de manassé.
    Dans ce livre pionnier, monique zetlaoui étudie l'histoire et les traditions de ces juifs indiens fort bien intégrés dans le système des castes et éclaire leurs relations, d'une part, avec les divers occupants du pays - les portugais accompagnés de la sinistre inquisition, les hollandais, puis les britanniques - d'autre part, avec les nationalistes indiens. elle met en évidence leur rôle constant dans la vie de la péninsule, tout au long des siècles, et souligne les particularités de leur judaïsme.
    Aujourd'hui beaucoup de ces juifs ont émigré et, paradoxalement, connaissent souvent des difficultés à faire admettre leur judéité par certains de leurs coreligionnaires.

  • Les disciples de zarathoustra - ce prophète aurait précédé bouddha de mille ans et moïse de deux cents ans - n'ont pas disparu.
    Zartushtis d'iran, qui refusèrent l'islamisation de la perse et résistèrent tant bien que mal aux brimades, et parsis qui choisirent l'exil en inde, où ils connurent paix et stabilité, pratiquent toujours une des plus vieilles religions du monde. remarquables par leur dynamisme économique et intellectuel, les parsis jouissent en inde d'un grand rayonnement, tant dans les médias, les arts, que dans l'industrie avec le puissant groupe tata.
    Tout en s'intégrant avec brio dans le monde moderne, ils conservent leurs traditions, dont la plus étonnante reste la dévoration des défunts par les vautours au sommet des tours du silence. dans cet ouvrage exhaustif, monique zetlaoui étudie l'organisation sociale, les croyances et les rites des zoroastriens et raconte leur longue histoire, histoire fascinante d'une antique minorité religieuse encore vivante et qui influencera en profondeur les trois monothéismes.

  • Alliant érudition et émotion, cet ouvrage traite par ordre alphabétique d'une vingtaine de fruits et de légumes, de l'abricot au sésame, en passant par la figue et la laitue, le coing et l'olive. Des produits peu connus en France mais dont raffolent d'autres peuples au Proche-Orient et au Maghreb, comme le gombo ou la corète, sont célébrés pour la première fois avec autant de précision historique, qualité que l'on retrouve dans l'éloge rendu au café ou à la canne à sucre. Fidèle à son pays natal, la Tunisie, méditerranéenne de coeur et de raison, convaincue que l'Histoire tout entière est faite de brassage de populations et de métissage de cultures, l'auteure nous montre comment tous ces produits, présentés comme des personnages vivants, se sont déplacés d'un pays à l'autre, où et quand ils ont été acclimatés, la place qu'ils ont dès lors occupée dans l'alimentation, mais aussi dans l'imaginaire des hommes. Plusieurs recettes illustrent le propos, puisées soit dans les anciens livres de cuisine, notamment du monde arabe médiéval, soit dans le répertoire culinaire d'aujourd'hui, au nord et au sud de la Méditerranée.

empty