Olivier Ribeton

  • L'oeuvre photographique de Jacques Henri Lartigue est imprégnée de l'insouciance des villes balnéaires de la Belle Époque. La Côte d'Azur, la Normandie, mais aussi la Côte basque et son arrière-pays, l'ont inspiré.
    Le Pays basque est saisi sans folklore excessif, avec l'impartialité d'un oeil qui n'accepte de cadrer que l'équilibre de la beauté et fort peu le pittoresque. Lartigue a trouvé dans Biarritz, la station la plus chic de l'Atlantique à cette époque, un terrain naturel pour des images sans façon, d'autant plus naturelles qu'elles étaient avant tout le souvenir de ses émerveillements quotidiens. Il a su figer des instants de bonheur avec une incroyable liberté de ton (et de formats).

  • En moins d'un siècle, la peinture a subi des modifications fondamentales. Lorsque Gustave Colin s'installe au Pays basque, il fait déjà figure de « moderne » aux côtés de son maître, Camille Corot, qui vient poser son chevalet à Ciboure en 1871. Corot, précuseur de l'impressionnisme, maître internationnalement reconnu, laisse deux toiles superbes à notre souvenir.
    Avec le développement du tourisme, ce sont des vagues de voyageurs qui se succèdent, chacune avec son style propre. Naturalisme avec Whistler, symbolisme avec Redon, impressionnisme avec Regoyos ou Sorolla, fauvisme avec Marquet et Matisse, divisionnisme avec Signac, protéiforme avec Picasso, surréalisme avec Man Ray, Bauhaus avec Albers et Klee, sous influence cubiste avec Bores, expressionniste avec Motherwell...
    Tous ces peintres exposés dans les plus grands musées du monde ont, avec leur sensibilité, leur maestria, leur exigence, leurs affirmations, vécu et représenté le Pays basque qui expose dans ce livre ses métamorphoses.

empty