Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 08/08/2021

Editions Du Palmier

  • "Comme d'habitude au Mans, dès qu'il pleut, les premiers tours sont marqués par de nombreuses sorties de route. Les meilleurs pilotes s'y laissent parfois prendre et se retrouvent dans les fascines, ou dans le sable à Mulsanne, parce qu'ils ont mal estimé les limites d'adhérence.
    Je fis, en fait, la même erreur. J'attaquai comme une bête sur la pluie, dépassant de nombreuses voitures. Dans la ligne droite, je distinguai vaguement les feux d'une voiture rouge dans le nuage d'eau qu'elle soulevait et entrepris de la dépasser. Au moment où j'étais à côté, je remarquai que c'était une Ferrari et qu'elle portait le n°12.
    Après l'avoir passée, en arrivant à Mulsanne, je réalisai tout à coup que je venais de dépasser Mike Hawthorn. Ce gars-là était tout de même Champion du Monde... Je me dis alors à moi-même : "Mon petit Dubois, tu vas trop vite. Si ce gars-là lève le pied, il sait certainement pourquoi et, toi, tu vas te planter". (Extrait)
    Sacré coup de volant, "gros coeur", sens de la mécanique, intelligence de course, respect des grands (auxquels il s'est frotté, souvent avec succès), modestie alliée à une parfaite notion de son incontestable talent... Claude Dubois nous entraîne dans une magnifique histoire, riche en rebondissements et ponctuée d'anecdotes. Il nous fait partager ses joies, ses déceptions, ainsi que les multiples péripéties de la carrière d'un amateur éclairé, à une époque magique du Sport Automobile.

  • L'aventure de Jacques Beroul commence en 1948 en Afrique Occidentale Française. De chauffeur de poids lourds, on le retrouvera ensuite à Agadez chef du garage administratif et patron du célèbre hôtel de l'Aïr où son guépard en liberté inquiète les clients.

  • Pour qui ne considère pas la course comme un simple sport, mais aussi comme une épreuve technique et comme une expression artistique, les "24 heures du Mans" sont à coup sûr la plus grande course du monde.
    Journaliste, ingénieur et pilote, Paul Frère, qui a vécu quasiment toutes les épreuves depuis la reprise en 1949, est merveilleusement placé pour analyser cette course et en retracer l'histoire. Quant à Alain Bouldouyre, aquarelliste, amoureux de l'automobile et de la course, il apporte, avec un oeil neuf, une vision artistique et poétique sur quelques faits marquants qui ont émaillé les 34 courses disputées entre 1923 et 1966.

  • Didier aurait à coup sûr été le premier champion du monde français. Son effroyable accident de Hockenheim ne l'a pas permis. Derrière un air poupon se cachait un tempérament volcanique et, chez Ferrari, il avait trouvé aussi bouillant que lui. La controverse qui suivit la mort de son ami Gilles Villeneuve fit grand tort à son image; une mise au point s'imposait.

  • Michel Bollée continue sa grande saga de l'histoire des Prototypes et des GT durant les années 50, 60 et 70 dans sa collection "Archives d'un passionné".
    "Chacun a sa propre idée de ce que fut l'âge d'or de la course automobile. Bien que les souvenirs de cette histoire s'estompent avec le temps, certaines images restent fortement ancrées et me confortent à penser que c'est au cours des années soixante, et plus particulièrement entre 1963 et 1967, que furent écrites les plus belles pages des courses d'endurance. Cette période vit s'affirmer le concept des voitures prototypes à moteur arrière, au détriment de celles à moteur avant qui, n'ayant plus aucune chance de vaincre, disparurent trop vite. De nouveaux constructeurs, tels Chaparral et Lola, entrèrent en lice avec des voitures étonnantes, et les marques françaises revinrent sur le devant de la scène avec Alpine et Matra." (Michel Bollée)

  • Jean-Claude Baudier a transformé une passion en art et il a souhaité expliquer sa démarche et son savoir-faire, ainsi que le plaisir de contempler ces instantanés étourdissants de précision au travers d'une centaine de superbes photos.

  • Un jeune Suisse, mécanicien de course, rêve d'Amérique. Il se présente "au culot" à Carroll Shelby qui l'engage tout de suite. Le hasard et la chance feront qu'il se retrouvera mécanicien sur la MK2 de Gurney et Foyt vainqueurs en 1967. Phil Henny nous entraîne ensuite dans ses pérégrinations dans le monde américain de la course.

  • Retrouvez dans cet ouvrage des pilotes de légende comme Clark, Rindt, Rodriguez, Ickx, Siffert et bien d'autres sur des circuits mythiques comme le Nürburgring, Francorchamps, Charade, Rouen, Watkins Glen, Zeltweg, etc...

  • Nouvelle édition de ce manuel, dans une nouvelle présentation complétée, qui inclut la réalisation d'une coque en nid d'abeille.

  • La Lotus Elise a pris place dans l'histoire comme la plus grande des petites voitures de sport des années 90 et du début du deuxième millénaire. Avant même d'avoir atteint cinq ans d'existence, elle était devenue la Lotus la plus vendue de tous les temps.

    Lancée en 1996 avec des ambitions commerciales modestes, son succès surprit tout le monde y compris ses créateurs.

    Dix-sept ans plus tard, évoluant sans cesse, ainsi que vous allez le découvrir à travers ce livre, l'Elise a solidement pris place dans la galerie des mythes de l'automobile sportive... et il est certain que l'histoire n'est pas prête de se terminer.

  • Avoir ce livre dans votre poche est l'assurance d'avoir un expert à vos côtés.
    Modèles traités de 1976 à 1991 (Cabriolet de 1979 à 1992).

  • On trouve dans ce volume tout ce qui a trait à la cinématique et à la dynamique des suspensions. La partie relative à la construction des châssis est abondamment illustrée.
    Il n'est pas nécessaire d'être ingénieur pour apprécier ce livre.

  • Création et vie d'une collection complètement hors-normes.

    Les "Beautés endormies", une collection de Bugatti, Lancia, Ferrari, Alfa Romeo, Cord, Aston Martin et bien d'autres marques, laissées à l'abandon dans une demeure campagnarde française, ont fasciné des amoureux de voitures du monde entier depuis 1983, époque où elles furent immortalisées par une série de photos prises par Herbert W. Hesselmann.
    Depuis 25 ans, l'histoire complète de cette collection et de son destin n'avait pas été racontée... jusqu'à maintenant.

  • L'histoire de Mirage est complexe car à la différence des Ferrari, Matra et Alfa Roméo qu'elle dut combattre à la fin des années 60 et au long des années 70, la marque ne connut pas un développement régulier année après année.

    Création de deux hommes, John Wyer et son fidèle assistant John Horsman, Mirage doit être considéré plus comme une écurie privée de très haute volée, créant elle même ses voitures que comme une équipe d'usine.

    C'est l'histoire des voitures crées par John Wyer et John Horsman que Ed McDonough s'est attaché à nous faire vivre dans ce livre, modèle par modèle et course après course.

    Mais l'histoire ne s'arrête pas en 1975 quand John Wyer prend sa retraite. Avec l'aide de l'Américain Harley Cluxton, John Horman continuera pendant 7 ans à faire vivre la légende Mirage, jusqu'à la pitoyable expulsion de la grille de départ des 24 heures du Mans, en 1982, à quelques minutes du départ, de Mario Andretti qui était prêt à s'élancer.

  • Avec des photos inédites en couleur, Jean-Marc recrée, année par année, l'ambiance, passionnée, joyeuse ou dramatique de la course et de ses à côtés. La grande expérience de Jean-Marc lui permet de présenter ou de souligner de nombreux détails techniques souvent peu connus.

  • Après le succès du titre "Sport & prototypes Archives photos des années 1970-79", et en réponse à la forte demande, la version française du titre "Sports car Racing in camera 1960-69" sera disponible à partir du 6 février sur notre stand au salon Rétromobile (Porte de Versailles du 6 au 15 février 2009).
    C'est tout le monde des courses de voitures de sport qui renaît ici devant vos yeux, sous forme d'étonnantes photos en couleur de l'époque, accompagnées des commentaires avisés de l'auteur.
    Du ciment rugueux de Sebring, en passant par les routes Siciliennes tortueuses de la Targa Florio, le nombre sans fin de virages,aux points de corde cachés, aux multiples bosses du Nurburgring, les virages relevés de Daytona et l'effrayante cuvette de Monza, les vitesses d'avion atteintes à Spa, au Mans et à Reims, il fallait venir à bout de tout cela.
    Cette décade fut celle de Ferrari, de Porsche et de Ford, mais aussi celle de Maserati, d'Aston Martin, de Chaparral, de Lola, puis, plus tard d'Alfa Romeo, de Matra et de Gulf Mirage.
    Un énorme déferlement d'écuries privées, avec un large choix de marques et de modèles, avec des légions de pilotes de toutes nationalités se retrouvait sur toutes les grilles de départ.
    Cette décade est probablement la plus fascinante et celle qui offre le plus de diversité dans le sport automobile.

empty