Arlea

  • La visite de Katsura, villa impériale, est réduite à un circuit qui se parcourt en moins d'une heure. On en ressort étonné, éberlué, ébloui... et terriblement frustré. Restent les images intenses que notre oeil aura captées, dans le saisissement de l'instant qui fuit sans recours.

    Au milieu de son jardin et des quatre pavillons de thé qui bordent l'étang central, édifiée au XVIIe siècle par le prince Toshihito, sur le bord de la rivière qui baigne Kyoto, Katsura demeure l'image du raffinement. Lieu idéal, dit-on, d'où l'on peut contempler la lune...
    La réinterprétation de cette architecture si particulière par les architectes du mouvement moderne, au début du XXe siècle, a engendré nombre de quiproquos.
    Il faut aujourd'hui le talent et la sensibilité de Philippe Bonnin pour nous faire entrer dans la vérité d'une oeuvre mythique, et éclairer l'énigme.
    Avec de nombreuses photos et illustrations.

  • Pour qui connaît un peu le quartier Latin ou Saint-Germain-des-Prés, le Petit Vatel n'évoque pas seulement le malheureux maître d'hôtel du Grand Condé, mais une véritable institution. Créé en 1897, le Petit Vatel fut en effet tour à tour traiteur de quartier et restaurant pour étudiants - où le repas n'excédait guère cinq francs. Reprenant les lieux en 1996, Sixte de Saint Hilaire en a fait une plaisante cantine de quartier où l'on peut, luxe devenu rare aujourd'hui, " manger " comme à la maison. Habitués du " Quartier ", Américains guide en mains, tous partagent le privilège de s'asseoir à l'une des huit tables d'autant plus convoitées que les réservations sont impossibles. Déjeuner ou dîner au Petit Vatel requiert donc de la patience, et il n'est pas rare de voir, sur le trottoir de la rue Lobineau, des clients attendre que Catherine, la maîtresse de maison, veuille bien les faire entrer.
    On l'aura compris, ce restaurant est tout sauf un restaurant ! C'est un lieu qui se mérite, et qui vaut bien quelques arrangements avec l'idée qu'on se fait habituellement d'un restaurant traditionnel. L'ardoise du jour recèle des trésors de plats simples et savoureux, qui sont désormais devenus des classiques. De la soupe de cresson aux oeufs brouillés aux truffes, du lapin catalan à la grande salade d'été,les recettes du Petit Vatel entrouvrent pour nous la porte de la minuscule cuisine où Sixte, tous les matins, fait des merveilles. La Cuisine du Petit Vatel, on l'aura compris, est un livre de cuisine d'un genre particulier, avec de vraies recettes, faciles à faire, pour cette fois, luxe suprême, manger chez soi comme " au restaurant ".

  • Les rébus littéraires sont tirés du magazine Lire, auquel Honoré collabora en proposant un rébus chaque mois. Ces rébus sont «littéraires», parce qu'ils concernent tous un écrivain, un titre d'ouvre ou un héros de roman, du monde entier et de tous les temps. Tous sont conçus avec rigueur et ironie. Quant à la manière d'Honoré, si variée, qui va du pastel au collage en passant par le dessin ou la gouache, elle ajoute à l'excitation du jeu un vrai bonheur esthétique.
    Tous les rébus sont accompagnés de leur question-devinette, suivie, au verso, de la solution.

empty